Rachis – Traumatisme du rachis cervical

Règle NEXUS (pour National Emergency X-Radiography Utilization Study)

Cinq critères cliniques :

  1. Douleur en regard des apophyses épineuses
  2. Déficit neurologique focalisé
  3. Trouble de la vigilance
  4. Signe d’intoxication
  5. Douleur distractive

Pas de critère = pas d’imagerie

Si imagerie nécessaire = faire scanner d’emblée

Références  :
Ryken T.C., Hadley M.N., Walters B.C. et al. Radiographic assessment. Neurosurgery, 2013 ; 72 Suppl 2 : 54-72.
Como J.J., Diaz J.J., Dunham C.M. et al. Practice management guidelines for identification of cervical spine injuries following trauma: update from the eastern association for the surgery of trauma practice management guidelines committee. J Trauma, 2009 ; 67(3) : 651-9.

Cheville – Entorse

Que rechercher sur les radiographies de cheville demandées après entorse ?

  • Fractures
    • Uni ou bi malléolaire
    • Marge postérieure du pilon tibial
    • Os naviculaire
    • Base du V ème métatarsien
    • Processus latéral du talus
  • Lésion ostéochondrale de la trochlée du talus
  • Avulsions osseuses de la pointe malléolaire

Source : super poster sur la cheville

Rachis – Maladie de Scheuermann

Critères diagnostics de maladie de Scheuermann

  1. Aspect feuilleté des plateaux vertébraux
  2. Pincement discal
  3. Hernie intraspongieuse centrale
  4. Cunéformisation > 5°
  5. Hernie rétro-marginale antérieure
  6. Hernie pré-marginale postérieure
  7. Epiphyse libre, vertèbre limbique

Traumato – Classification de Salter et Harris

  • I : décollement épiphysaire pur
  • II : décollement épiphysaire associé à arrachement d’un coin métaphysaire
  • III : décollement épiphysaire associé à une fracture epiphysaire articulaire
  • IV : décollement épiphysaire associé à une fracture metaphysaire et epiphysaire
  • V : écrasement du cartilage de croissance

Tumeurs os – [sémio] Réaction périostée

Tumeurs os : réaction périostée

  • Réaction homogène (= corticale) : fracture, ostéome ostéoïde
  • Réaction unilamellaire : moyennement évolutive, péjorative
  • Réaction plurilamellaire : rapidement évolutive
  • Réaction spiculée : très rapidement évolutive
  • Éperon de Codman : très péjoratif
Lésions bénignes avec réaction unilamellaire

  • Ostéomyélite
  • Granulome éosinophile
  • Fracture associée à une tumeur osseuse bénigne (kyste)
  • Kyste osseux anévrismal
  • Ostéome ostéoïde
  • Tumeur à cellules géantes
  • Chondroblastome
  • Kyste osseux essentiel
  • Ostéoblastome
Lésions malignes avec réaction unilamellaire

  • Sarcomes : ostéosarcome, chondrosarcome, sarcome d’Ewing, angiosarcome, histiocytome fibreux malin
  • Myélome multiple
Lésions bénignes avec réaction plurilamellaire, spiculée ou éperon de Codman

Lésions malignes avec réaction plurilamellaire, spiculée ou éperon de Codman

  • Sarcomes : ostéosarcome, chondrosarcome, liposarcome, fibrosarcome, sarcome d’Ewing, angiosarcome, histiocytome fibreux malin
  • Métastases
  • Adamantinome
  • Lymphome

Traumato – Rachis

Critères radiologiques d’une entorse grave du rachis

  • Bâillement postérieur avec un écart inter-épineux anormal
  • Pincement antérieur > 10°
  • Spondylolisthésis > 3mm
  • Découvert de > 50% des articulations postérieurs

Épaule – [Échographie]

Etude de l’épaule en échographie

  • Pas d’écho sans radio
  • Etude antérieure
    • Tendon subscapulaire
      • Etude en rotation externe pour mise dans l’axe de la sonde
      • Flexion du coude
      • Longitudinal et transversal
      • Repérer le tendon du long biceps
      • Patho
        • –Méplat
        • –Rétraction
        • –Désinsertion du trochin
        • –Hypo-échogène
    • Tendon long biceps
      • Main sur la hanche, coude au corps
      • Longitudinal et transversal
      • Patho
        • Epaississement global à Capsulite rétractile
        • Aspect irrégulier
        • Hyperhémie
        • Clivage jusqu’à rupture
        • Sub luxation
Echo épaule
  • Etude supérieure
    • Tendon supra-épineux
      • Face superficielle, en arrière de la bourse sous acromiale
      • Face profonde, en avant de la grande tubérosité et du cartilage
      • Etude avec bras sur la cuisse puis bras sur le haut de la fesse
      • Repérer et allonger le tendon long biceps
      • Patho
        • Lésion transfixiante : lésion hypo ou anéchogène de toute l’épaisseur du tendon, perte de laspect fibrillaire des deux faisceaux, signe du méplat (inconstant et non spécifique), aspect décoiffé (pas de tendon visible), signe du double épanchement (très spécifique), érosions osseuses,
        • Lésions non transfixiantes de la face superficielle : faisceau superficiel patho, faisceau profond conservé, BSAD pathologique
        • Tendinopathie : augmentation de volume du tendon, hyperhémie en Doppler couleur, possibles calcifications.
      • Articulation acromioclaviculaire
  • Etude postérieure
    • Tendon infra épineux

 

Main rhumatismale

Interprétation d’une main rhumatismale

  • Interlignes articulaires (carpiens, MCP, IPP, IPD) :
    • Pincement ?
      • Localisé ?
      • Diffus ?
    • Ankylose ?
  • Os :
    • Érosions ? (= lyse de dehors en dedans)
      • Sous chondrale ? marginale ?
    • Ostéolyse ?
    • Géodes ? (peu spécifiques sauf dans l’arthropathie du dialysé, cf tableau)
    • Constructions ?
      • Appositions périostées ?
      • Ostéophytose ?
    • Trame ?
      • Déminéralisation ? Condensation ?
    • Parties molles :
      • Infiltrations ?
      • Calcifications ?
      • Nodules ?

 

CCA

  • Interligne : +/-
  • Topographie : Carpe +++, MCP
  • Destructions : +++
  • Constructions : ++
  • Géodes : +++, vérosionolumineuses, précèdent l’érosion
  • Trame osseuse : Sclérose sous-chondrale
  • Parties molles : Calcifications des cartilages
  • Déformations

 

Goutte

  • Interligne : + (longtemps préservé)
  • Topographie : IPP IPD
  • Destructions : Érosions périarticulaires de grande taille, expansves, spiculées
  • Constructions : Constructions en regard des érosions, périostose
  • Géodes
  • Trame osseuse : Ostéocondensation en regard des érosions
  • Parties molles : Dépôts tophacés en regard des lésions osseuses
  • Déformations : –

 

 

Rhumatisme psoriasique

  • Interligne :Pincement ++ , parfois pseudo-élargissement
  • Topographie : IPP/IPD
  • Destructions : ++ érosions marginales et centrales de l’interligne
  • Constructions : +++ Périostose / constructions périarticulaires (aspect pseudoélargi des bases phalangiennes)
  • Géodes : +
  • Trame osseuse : Ostéocondensation
  • Parties molles : –
  • Déformations

 

Polyarthrite Rhumatoïde

  • Interligne :Pincement ++ diffus
  • Topographie : Carpe / MCP / IPP
  • Destructions : ++, érosions sur les faces d’insertion synoviale
  • Constructions :  –
  • Géodes : +/-
  • Trame osseuse : Déminéralisation épiphysaire
  • Parties molles : –
  • Déformations : +++ coup de vent cubital

 

Arthrose destructrice

  • Interligne : Pincement  +++ localisé
  • Topographie : MCP/IPP/IPD 
  • Destructions :  +/- (arthrose destructrice rapide)
  • Constructions : Ostéophytes
  • Géodes : Sous chondrales
  • Trame osseuse : Ostéocondensation sous-chondrale
  • Parties molles : –
  • Déformations : +/- (clinodactylie)

 

Arthropathie du dialysé (amylose à b2microglobuline)

  • Interligne : Pincement peu marqué
  • Topographie : Carpe +++, MCP, IPP IPD (4e et 5e rayons)
  • Destructions : Lyse périarticulaire
  • Constructions : –
  • Géodes : +++, volumineuses, multiples, expansives
  • Trame osseuse : Normale
  • Parties molles : –
  • Déformations : –

 

Jaccoud (lupus)

  • Interligne : Normal
  • Topographie
  • Destructions : –
  • Constructions : –
  • Géodes : –
  • Trame osseuse : Normale
  • Parties molles : –
  • Déformations : Déformation en pseudo coup de vent cubital réductible +++

 

Maladie de Still

  • Interligne : Pincement diffus, ankylose
  • Topographie : Carpe +++
  • Destructions : –
  • Constructions : –
  • Géodes : –
  • Trame osseuse : Déminéralisation
  • Parties molles : –
  • Déformations : –

 

Hémochromatose

  • Interligne :Pincement global ou latéralisé
  • Topographie :  MCP des 2e et 3e rayons
  • Destructions : –
  • Constructions :  ++ en crochet large sur le versant radial de la tête métacarpienne
  • Géodes : Sous-chondrales
  • Trame osseuse :  Ostéocondensation
  • Parties molles : –
  • Déformations : Parfois dijonction scapholunaire
 

 

 

Sclérodermie

  • Interligne : Pincement ++
  • Topographie : MCP IPP IPD
  • Destructions :  Acro-ostéolyse
  • Constructions : –
  • Géodes : –
  • Trame osseuse : Normale
  • Parties molles : Calcifications amorphes
  • Déformations

 

Sarcoïdose

  • Interligne : +
  • Topographie :  IPP IPD
  • Destructions :  Acro-ostéolyse, ostéolysecortiocpériostée , pseudokystes
  • Constructions : –
  • Géodes
  • Trame osseuse : Réticulations en nid d’abeille de l’os trabéculaire
  • Parties molles : –
  • Déformations : –

 

Poignet – Radiographies

[Rx] Mains

 

Genou – Ménisques [IRM]

PROTOCOLE D’EXPLORATION du genou et des ménisques

IRM

  • Sag T1
  • 3 plans DP Fat Sat

LÉSIONS MÉNISCALES – CLASSIFICATION DE STOLLER

Grade 1 : Hypersignal ponctiforme ou nodulaire non communicant men1
Grade 2 : hypersignal linéaire intraméniscal men2
Grade 3 = fissure méniscale : hypersignal linéaire ou complexe touchant au moins une face méniscale men3

 

 

lÉSIONS MÉNISCALES – CLASSIFICATION DE TRILLAT

  • I : fente verticale postérieure
  • II : fente étendue vers l’avant formant une bandelette en anse de seau qui en se fixant créé des épisodes de blocage
  • III : luxation permanente de l’anse de seau
  • Orientation
    • Fissure horizontale : stable
    • Fissure radiaire
    • Fissure verticale / longitudinale : possiblement instable
  • Siège
    • Périphérie (zone rouge)
    • Centrale / bord libre (zone blanche)
  • Stabilité
    • Fragment déplacé /luxé
    • Fissure verticale complète étendue
    • Bec de perroquet
    • Fissure horizontale + radiaire
  • Position
    • Déplacement > 3 mm ligne tangeante condyle fémoral / plateau tibial = débord méniscal
    • Déplacement complet = expulsion méniscale
  • LCA
    • Faisceau antéro médial
    • Faisceau postéro latéral
    • Rupture :
      • Discontinuité partielle ou totale
      • Horizontalisation du fragment distal dans le plan sag
      • Signe de l’échancrure vide
      • Disparition complète du LCA
      • Contusions / impactions osseuses
      • Subluxation antérieure du plateau tibial latéral > 7 mm

 

LIENS

 

Rachis – Spondylolisthésis

  • Grade I : déplacement <1/3 postérieur de la vertèbre sous jacente
  • Grade II : <2/3 postérieurs de la vertèbre sous jacente
  • Grade III : encore partiellement en regard du plateau sous jacent
  • Stade IV: spondyloptose (déplacement en avant du plateau sous jacent)

Autre stadification possible :
spondylo

Infarctus osseux

Infarctus osseux

  • Localisation
    • Métaphyso-épiphysaire ou diaphysaire, parfois bilatéral et symétrique
  • Spontané : moelle jaune
  • Secondaire : maladie de Gaucher / drépanocytose de la moelle rouge
  • Rx
    • Calcifications plus épaisses et plus périphériques (liseré) et centre peu dense
    • Pas de scalloping sur l’endoste
  • IRM
    • Séquestre osseux
    • Aigu : avec œdème périphérique sans liseré
    • Chronique : liseré de bas signal, séquestre graisseux
    • Calcification périphériques, rehaussement périphérique
    • Peut se compliquer d’une fracture
  • DDx
    • Enchondrôme: à faire en IRM

Rachis – Malformation de Chiari

  • Ligne occipito-palatine (ligne de Chamberlain)
  • Ligne occipito-clivale (ligne de McRae)
  • Variante normale
    • Hernie tonsiles cérebelleux < 3 mm
  • Ectopie celebelleuse
    • Hernie tonsiles cérebelleux [3-5] mm

Chiari Type 1

Chiari 1
rID: 10769
Chiari 1
rID: 3609
  • Hernie tonsiles cérebelleux > 5 mm
  • Asymétrique
  • Elongation des amygdales et de la partie médiane des lobes inférieurs du cervelet

Chiari type 2

Chiari 2
rID: 16048
  • Ptose du vermis inférieur
  • Ptose de la protubérance
  • Ptose de la moelle allongée dans le canal cervical
  • Foramen Magnum allongé
  • Myéloméningocèle associée

Chiari type 3

Chiari 3
rID: 17478
  • Type 2 +
  • Hernie du cervelet dans un spina bifida occipito vertébral
  • Méningo-encéphalocèle

Chiari type 4

  • Hypoplasie cervelet
  • Ectopie bulbaire

Pied

Angles et mesures du pied

Angle d’ouverture de l’avant pied

  • Angle mesuré entre l’axe de M1 et de M5
  • Normale 15 à 20°
  • Pied plat : ouverture > 30°
  • Pied creux : fermeture
Pied face
Angle de Dijan-Annonier d’ouverture de l’avant pied

  • Angle mesuré entrela droite passant par le point le plus antérieur du calcanéus, le point le plus inférieur du calcanéus et le rebord inférieur du sésamoïde de l’hallux
  • Normale : 120° à 130°
  • Pied plat : > 130°
  • Pied creux : < 120°
Pied profil
Hallux Valgus

  • Angle entre les diaphyses de P1 et de M1 > 15°

Hallux Valgus
Hallux Valgus

 


 

 

Compte-rendus types

http://www.pinkybone.com/rx-pied/

Tumeurs os – Fibrome non ossifiant

Fibrome non ossifiant

  1. Terrain
    • 95%  < 20 ans
  2. Localisation
    • 95% métaphyse des os longs
    • 75% monostotique
    • 25% polyostotique
    • 80% membre inférieur
    • Tibia > Fémur
    • Migre de la métaphyse vers diaphyse
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • < 2 cm : cortical defect (uniquement cortical)
    • > 2cm : fibrome non ossifiant (cortical et medullaire)
    • Grand axe parallèle à la diaphyse
    • Aspect lobulé
    • Corticale respectée qui peut être soufflée
    • Corticale peut s’épaissir lors de la résorption
    • Découverte fortuite, fracture pathologique
    • Arrêt de croissance à la puberté
    • Puis ossification progressive
      • Syndrôme de Jaffé-Campanacci
    • Scinti : hyperfixation modérée
    • DDx :
      • Dysplasie fibreuse

 

Tumeurs os – Dysplasie fibreuse

Dysplasie fibreuse

  1. Terrain
    • 85% < 30 ans (monostotique)
    • 2/3 < 10 ans (polyostotique)
  2. Localisation
    • Monostotique
      • Fémur > Tibia > Côtes > Face
      • Diaphyso-métaphysaire
      • Os longs : jamais épiphysaire
    • Polyostotique 
      • Crâne > Face > Fémur > Tibia
      • 90% unilatéral
      • Syndrôme de Mac Cune Albright
      • Arrêt à l’âge adulte
      • 0,5% de dégénérescence sarcomateuse
      • Diaphysaire
      • Centro-medullaire
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Rare
    • Bénin
    • 70 – 80% monostotique
    • 20-30% polyostotique
    • Aspect en verre dépoli
    • Aspect multiloculé
    • Corticales nettes
    • IRM
      • Liseré périphérique hypoT1 hypoT2
      • Possible inflammation
    • Scinti : hyperfixation aspécifique

 

Tumeurs os – Fibrome chondromixoïde

Fibrome chondromixoïde

  1. Terrain
    • Garçon
    • Age : 10 et 30 ans
  2. Localisation
    • Genou
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Tumeur à composition mixte cartilagineuse et myxoïde
    • Aspect radiologique :
      • Ostéolyse géographique cernée d’un liséré dense et contenant des cloisons osseuses épaisses
      • Peut être excentrée et soufflante
      • Calcifications rares

 

Tumeurs os – Ostéome ostéoïde

Ostéome ostéoïde

  1. Terrain
    • Adulte jeune
  2. Localisation
    • Os longs
    • Rachis arc postérieur
    • Cortical ou para-ostéal ou intra-medullaire
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Lignée ostéogénique
    • < 15 mm
    • Purement bénin
    • Douleur nocturne insomniante sensible à l’aspirine
    • Si proche d’une articulation : arthrose focale chez jeune (rachis+++)
    • Nidus calcifié
    • IRM
      • Nidus en hyperT2, hypoT1, Pdc, œdème périlésionnel os et mou
      • Rehaussement du nidus artériel puis lavage (dynamique)
    • TTT
      • Résection percutané par forage guidage TDM
      • Destruction percutanée : laser, alcool, radiofréquence

 

Tumeurs os – Exostose / ecchondrome / ostéochondrome

Exostose / ecchondrome / ostéochondrome

  1. Terrain
    • Age < 20 ans
  2. Localisation
    • Os longs
    • A partir de la métaphyse cartilagineuse, puis migre vers diaphyse
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Lignée cartilagineuse
    • Tumeur osseuse bénigne la plus fréquente,
    • Risque de dégénérescence faible après 30 ans
    • Solitaire : exostose ostéogénique solitaire (ecchondrome)
      • Découverte fortuite ou compression, en période de croissance < 20 ans
    • Multiple : exostose ostéogénique multiple (maladie de Bessel-Hagen)
      • Héréditaire, autosomique dominante, avec autres anomalies de croissance
    • Excroissance pédiculée ou sessile
    • +/- coiffe cartilagineuse
    • +/- calcifiée
    • +/- graisse
    • Continuité corticale et spongieuse à plein canal
    • Scinti : fixe en période de croissance ou de dégénérescence
    • TDM : bilan préchirurgical
    • IRM : appréciation coiffe cartilagineuse
      • jusque 3 cm en phase de croissance
      • < 1 cm chez adulte
      • Pdc de la coiffe cartilagineuse
    • TTT : chirurgie si symptomatique ou doute, en fin de croissance
    • Risque : dégénérescence en chondrosarcome
      • Croissance rapide
      • Lacunes et lyse de la base
      • Irrégularité des calcifications
      • Coiffe cartilagineuse épaisse > 1 cm chez adulte, > 3 cm chez l’enfant

Tumeurs os – Kyste osseux essentiel

Kyste osseux essentiel

  1. Terrain
    • 90% < 20ans
    • 3H /1F
    • La plus fréquente des tumeurs bénignes de l’enfant
  2. Localisation
    • Centré
    • Métaphysaire
    • Os longs (humérus)
    • Calcaneum, aile iliaque
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Dystrophie osseuse
    • Asymptomatique sauf complication
    • Rempli de liquide
    • Ostéolyse régulière avec pôle inférieur en fond de coquetier
    • Parfois calcifications coraliformes ou mutiloculées
    • Possible saignements (dépôts)
    • Amincissement cortical mais pas d’apposition périostée
    • Evolution bénigne
    • Complication : fracture (signe du fragment tombé)
    • Peut être secondaire à une lésion sous-jacente
    • Caractère actif : contact avec métaphyse
    • Caractère inactif : migration vers diaphyse avec comblement
    • Surveillance par radio si non compliqué pour évolution
    • TTT
      • Possible curetage, greffe, injection corticoïde
    • DDx
      • Fibrome chondromixoïde (plus rare, type 1a, plus excentré, contenu tissulaire solide calcifié, 3/4 membre inférieur)
      • Kyste osseux anévrysmal (excentré, plus agressif, niveaux IRM)

Tumeurs os – Kyste osseux anévrysmal

Kyste osseux anévrysmal

  1. Terrain
    • < 25 ans
    • H = F
  2. Localisation
    • Membre inférieur
    • Ale iliaque
    • Arc postérieur rachis
    • Métaphysaire
    • Excentrée
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Dystrophie osseuse + sang
    • Secondaire dans 1/3 des cas (avec lésion bénigne/maligne)
    • Clinique
      • Asymptomatique
      • Syndrome tumoral
      • Fracture rare
      • Scoliose
    • Possible extension parties molles
    • Souffle la corticale
    • Logettes
    • Agressivité possible sur corticale avec appositions +/- éperon
    • IRM
      • Rehaussement possible des cloisons
      • Niveaux liquide-liquide (saignement), non spécifique
    • Scinti os
      • Hyperfixation avec zone centrale « froide »
    • TTT 
      • Curetage, greffe, résection complète, embolisation, sclérose

 

Tumeurs os – Tumeur à cellules géantes

Tumeur à cellules géantes

  1. Terrain
    • 20 – 40 ans
  2. Localisation
    • Excentrée
    • Métaphyse
    • Evolution métaphyso-épiphysaire
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Lignée cartilgineuse
    • 5-10% des tumeurs osseuses
    • Touches les membres
    • Tumeur bénigne à potentiel agressif
    • Après fermeture du cartilage de croissance
    • > 5 cm
    • Souffle la corticale
    • Trabéculations, soudure du cartilage dans la lésion
    • Pas d’ostéoformation
    • Pas de Ca++
    • Pas d’apposition
    • Très vascularisé
    • Expansion dans les parties molles
    • IRM possible niveaux liquide-liquide
    • Oedème péritumoral
    • Sur le rachis : corps vertébral

 

Tumeurs os – Chondrome / enchondrome

Chondrome

  1. Terrain
    • 20 – 40 ans
  2. Localisation
    • Métaphysaire (cartilage de croissance)
    • Extension métaphyso-diaphysaire
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Chondrome = enchondrome (centrale) ou juxtacortical (périphérique/périosté)
    • Lignée cartilagineuse
    • Tumeur bénigne à potentiel malin (surtout au niveau des ceintures
    • Enchondromatose : syndrome de Maffucci, maladie de Ollier (risque plus important de dégénérescence)
    • Signes d’atypie
      • Douleurs
      • Atteinte du squelette axial
      • Atteinte épiphysaire
      • Taille > 6 cm
      • Disparition des Ca++ (si suivi)
      • Erosion corticale
      • Réaction périostée
    • Rx
      • Taille < 5cm
      • Hyperclarté avec nombreuses calcifications
      • Respect corticales avec scalloping possible, sans encoche endostéale
    • TDM
      • Précision, bilan pré-opératoire
    • IRM
      • Matrice cartilagineuse
      • hypoT1, hyperT2, lobulée, septa hyposignal, Ca++ centrales (hypoT1, hypoT2)
      • Septa/ilôts résiduels de moelle jaune (en faveur béningnité)
      • Pdc périphérique et des septa
      • Scinti : hyperfixation modérée sauf si fracture pathologique
    • DDx
      1. Infarctus osseux (calcifications plus épaisses et plus périphériques et centre peu dense). Faire IRM
      2. Chondrosarcome de bas grade
        1. H, 50 ans, ceinture
        2. Douleur +++, masse palpable, taille > 6 cm
        3. Résorption : rareté/disparition Ca++ et ilôt graisseux
        4. Résorption endostéale profonde (2/3 épaisseur)+++
        5. Appositions périostées / envahissement de parties molles
        6. Extension diaphysaire medullaire
        7. Scinti : fixation plus importante de la crête iliaque antérieure
        8. Cinétique de réhaussement précoce, HS STIR périph)
    • TTT : exérèse en bloc ou surveillance rapprochée

 

Tumeurs os – Chondrosarcome conventionnel

Chondrosarcome

  1. Terrain
    • 35 – 45 ans
    • H > F
  2. Localisation
    • Ceintures (bassin, fémur proximal, humérus proximal)
    • Cartilage chondro-costal
    • Métaphyse avec extension diaphysaire
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Lignée cartilagineuse (90%)
    • 10 à 25% des tumeurs osseuses malignes
      • Primitif puor 90%
      • Secondaire : enchondrome (2 contingents) unique ou maladie Ollier/Maffuci, ecchondrome, Paget, post-radioT
    • Douleurs +++
    • Masse palpable
    • Souvent taille > 6 cm
    • Scinti : importante fixation > enchondrome
    • TDM : précisions sur l’extension
    • IRM : bilan d’extension
      • Envahissement parties molles
      • Hypersignal STIR périphérique
      • Cinétique de rehaussement précoce
    • Métastases pulmonaires
    • TTT : chirurgie
      • Absence efficacité chimiothérapie ou radiothérapie

Tumeurs os – Tumeur d’Ewing

Tumeur d’Ewing

  1. Terrain
    • 2ème tumeur osseuse maligne (après ostéosarcome) chez l’enfant
    • 90% [5 – 30 ans]
    • Rare avant 5 ans et après 25 ans
  2. Localisation
    • Ubiquitaire os longs et os plats
    • Diaphysaire +/- métaphysaire
    • Jamais épiphysaire
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Origine neuroectodermique
    • Métastases pulmonaires les plus fréquentes
    • Scinti : fixation
    • IRM : bilan d’extension
    • Facteurs de mauvais pronostic
      • Métastases au diagnostic (20%)
      • Volume tumoral > 200 ml
      • Réponse histologique à la chimiothérapie initiale
      • Localisation au bassin
    • TTT : polychimiothérapie, chirurgie, radiothérapie

 

Tumeurs os – Ostéosarcome

Ostéosarcome

  1. Terrain
    • H > F
    • 80% < 30 ans
  2. Localisation
    • Os long > os plats
    • Métaphysaire
    • Médullaire
    • Proche du genou
  3. Analyse radiologique
  4. Divers
    • Lignée ostéogénique
    • Scinti : fixation
    • IRM : bilan d’extension
    • TTT : chimiothérapie préchirurgicale
    • Bilan d’extension : 90% des métastases sont pulmonaires
    • Facteurs de mauvais pronostic
      • Absence de sensibilité de la chimio
      • Chirurgie non satisfaisante
      • Taille > 10 cm
      • Envahissement des structures adjacentes
      • « Skip metastases »

Tumeurs os – [sémio] Matrice tumorale

MATRICE TUMORALE

Matrice ostéo-formatrice

  • En verre dépoli
  • Nuageuse
  • Eburnante

 Tumeurs bénignes

Tumeurs malignes

Pseudo-tumeurs

Matrice cartilagineuse

Matrice cartilagineuse
Matrice cartilagineuse
  • Calcifications floconneuses
  • Calcifications arciformes
  • Calcifications annulaires
Tumeurs bénignes

Tumeurs malignes

 

Matrice graisseuse

  • Densité UH < 50
Tumeurs bénignes

Tumeurs malignes

Pseudo-tumeurs

Matrice fibreuse

  • Absence de matrice
Pseudo-tumeurs

   

Tumeurs os – [sémio] Ostéolyse (Lodwick)

CLASSIFICATION DE LODWICK des lésions ostéolytiques

Type 1 : OSTéOLYSE EN CARTE DE GéOGRAPHIE
Type 1a : ostéolyse géographique avec sclérose marginale

  • Kyste osseux essentiel
  • Lipome
  • Chondroblastome
  • Fibrome chondromyxoïde
  • Fibrome non ossifiant, cortical défect
  • Dysplasie fibreuse
  • Abcès de Brodie
  • Kyste anévrysmal
  • Kyste synovial
  • Ostéome ostéoïde
  • Ostéomyélite
  • Infarctus osseux
  • Tumeur à cellules géantes
  • Ostéoblastome
  • Adamantinome
  • Dysplasie fibreuse
Lodwick (2)
Type 1b : ostéolyse géographique sans sclérose marginale (lacune à l’emporte-pièce)

  • Myélome
  • Enchondrome
  • Granulome éosinophile
  • Métastases
  • Tumeur à cellules géantes
  • Lipome
  • Plasmocytome
  • Infarctus osseux
  • Dysplasie fibreuse
  • Tumeurs brunes de l’hyperparathyroïdie
  • Abcès de Brodie
  • Ostéomyélite
  • Kyste osseux essentiel
  • Kyste synovial
  • Fibrome non ossifiant, cortical défect
Lodwick (3)
Type 1c : ostéolyse géographique à contours mal définis

  • Sarcomes (ostéosarcome, chondrosarcome, fibrosarcome, angiosarcome, liposarcome)
  • Sarcome d’Ewing
  • Lymphome
  • Histiocytome fibreux malin
  • Ostéomyélite, abcès de Brodie
  • Métastases
  • Kyste anévrysmal
Lodwick (4)
Type 2 : OSTEOLYSE MITéE

Confluence de multiples lésions laculaires

  • Sarcomes (ostéosarcome, chondrosarcome, fibrosarcome, angiosarcome, liposarcome)
  • Sarcome d’Ewing
  • Lymphome
  • Histiocytome fibreux malin
  • Ostéomyélite
  • Métastases
Lodwick (5)
Type 3 : OSTEOLYSE PERMEATIVE

Multiples lésions (infra millimétriques) rompant la corticale

  • Sarcomes (ostéosarcome, chondrosarcome, fibrosarcome, angiosarcome, liposarcome)
  • Sarcome d’Ewing
  • Lymphome
  • Histiocytome fibreux malin
  • Ostéomyélite
  • Métastases
Lodwick

 

Tumeurs osseuses [algorithme]

Analyse sémiologique des tumeurs osseuses

1. Terrain

2. Localisation

  • Os longs / courts / plats
  • Squelette axial / rachis
  • Diaphyse / métaphyse / épiphyse
  • Central / périphérique

3. Analyse radiologique

  • Ostéolyse vs ostéocondensation
  • Nombre de lésions
    • Unique
    • Multiples
      • Enfant : métastases de neuroblastome, histiocytose X, hémopathie
      • Adulte : métastases, myélome
  • Matrice tumorale
  • Réaction périostée
    • Épaississement (bénin)
    • Lamellaire (agressif)
    • Spiculée (très agressif)
    • Éperon de Codman
  • Vitesse de croissance
  • Parties molles
    • Extension locale : IRM (tout l’os, 2 plans, champs large)
    • général: scinti os + scan thoracique
    • TEP et IRM corps entier à voir
    • Toujours penser qu’une infection est possible

 

Tumeurs osseuses : lyse / condensation vs âge

Age Lésion ostéolytique bien définie Lésion ostéolytique mal définie Lésion ostéocondensante
0-10
  • Granulome éosinophile
10-20
  • Granulome éosinophile
 20-40
  • Sarcome parosteal
> 40
  • Géode
  • Ilôt condensant
  • Métastase
  • Myélome
  • Métastase

 

Tumeurs osseuses : localisation vs âge

Age Diaphyse Métaphyse Épiphyse
< 30
> 30
  • Métastase
  • Myélome
  • Lymphome

 

Tumeurs osseuses : orientation par site anatomique

Humérus : tout, kyste osseux essentielBassin : ostéosarcome, chondrosarcome, kyste osseux essentiel, lymphome, Ewing, granulome éosinophile, chordome

Radius distal : tumeur à cellules géantes, granulome éosinophile

Genou : tout, ostéosarcome, Ewing

Tibia : fibrome non ossifiant, dysplasie fibreuse, ostéome ostéoïde

anatomie
Calcanéum : kyste osseux essentiel, Ewing, ostéoblastome, chondroblastome
Crane : granulome éosinophile, métas, myélomeCôtes : métas, enchondrome, chondrosarcome, Ewing

Rachis : métas, myélome, ostéoblastome, chordome, hémangiome, kyste osseux anévrismal, ostéome ostéoïde

Main : enchondrome

Fémur proximal : kyste osseux essentiel, dysplasie fibreuse, enchondrome, Ewing, granulome éosinophile

 

Rachis lombaire – Dégénératif

Déshydratation discale

  • Grade 1 : hyperT2 franc du disque
  • Grade 2 : hypointense central
  • Grade 3 : perte de l’hypersignal liquidien iso-OS spongieux
  • Grade 4 : disque noir et pincement discal
  • Grade 5 : disparition de la visualisation du disque et débord discal circonférentiel.
Déshydratation discale

 

Modic

  • Type 1 [Inflammatoire]: hypoT1, hyperT2
  • Type 2 [Graisseux] : hyperT1, hyper ou iso T2
  • Type 3 [Scléreux] : hypoT1, hypoT2, PDC+
Modic

 

Sémantique

Hernie discale 1

  • Discopathie dégénérative = saillie discale globale, diffuse, circonférentielle
  • Hernie discale = saillie discale focale
  • Hernie sous ligamentaire = hernie contenue (par le complexe anneau fibreux / ligament longitudinal postérieur)
  • Hernie extra ligamentaire = hernie trans ligamentaire = extrue = rompue
  • Hernie exclue = hernie séquestrée
Hernie discale 2

 

CANAL LOMBAIRE étroit constitutionnel

  • Diamètre antéropostérieur du canal osseux (coupe passant par l’anneau osseux fermé à la  partie inférieure des pédicules)
    • Normal > 14mm
    • Étroitesse relative : 12-14mm
    • Étroitesse absolue < 12mm
  • Diamètre transversal interarticulaire (coupe passant par le disque)
    • Étroitesse : d ≤ 15mm Cotten 1998 15mm
  • Surface du canal osseux
    • Étroitesse : s ≤ 145mm2

 

Canal lombaire rétréci ACQUIS

  • Regarder les racines en coupe axiale et préciser la visualisation du LCR autour de celles-ci
    • Types A et B : traitement médical
    • Types C et D : traitement chirurgical

 

clr

 

Compte rendu

Genou – Lésions ligamentaires

Rupture du LCA (ligament croisé antérieur)

Mécanisme

  • Valgus flexion rotation externe ⇒atteinte successive du PAPI, du LLI,  du MI et du LCA
  • Valgus flexion rotation interne ⇒atteinte successive du LCA, du PAPE, du LLEet du ME
  • Mouvement en rotation interne pied fixé au sol ou en hyperextension ⇒rupture isolé du LCA
  • Sports impliqués : ski, foot, basket, rugby….

Clinique

  • Douleurs, blocage articulaire
  • Œdème, ecchymose, épanchement intra articulaire.
  • Mobilisation du genou : déficit ou augmentation de la  flexion ou  extension
  • Evaluation de la laxité articulaire : (principaux tests)
  • Test de Lachman : recherche d’une atteinte du LCA (arrêt mou)
  • Laxité frontale : recherche d’une atteinte du LLI ou LLE
  • Tiroir antérieur : recherche d’une atteinte du LCA
  • Tiroir postérieur : recherche d’une atteinte du LCP

Radiographie

  • Systématique à la phase aigue
  • Recherche de fracture des condyles ou des plateaux tibiaux ; alvusion de la surface pré spinale et du processus tibial médial chez l’enfant.
  • Fracture de Segond

Echographie : non recommandée

  • Difficile, signes indirects : hématome sur le versant latéral de l’échancrure ; épanchement intra articulaire
  • Recherche d’une atteinte associée : LLI, LLE,…..

IRM : examen de référence

  • Rupture en général au niveau de l’insertion proximale parfois tiers moyen
  • Signes directs :
    • Discontinuité partielle ou totale du LCA ; parfois bascule en avant du contingent distal avec aspect en « battant de cloche » ⇒signe du moignon piégé.
    • Horizontalisation du fragment distal (parfois accolement au LCP : « mise en nourrice »
    • Signe de l’échancrure vide
    • Disparition complète du LCA
  • Signes indirects :
    • Contusions et impactions osseuses associées fréquentes
    • Fracture de Segond : pathognomonique d’une rupture du LCA  ⇒ Avulsion verticale de la face latérale du tibia en arrière de l’insertion du tractus ilio-tibia lsur le tubercule de Gerdy
    • Subluxation antérieure du plateau tibial si > 7mm
    • Verticalisation du LCP
    • Hémarthrose
  • Ruptures partielles : diagnostic difficile
    • Axe du LCA souvent normal
    • Rupture d’un seul faisceau en général l’antéro médial.
  • Lésions associées :
    • Fissures méniscales, en général du ménisque externe
    • Lésions du point d’angle postéro interne ou postéro externe
    • Entorse du LLI
    • Lésions chondrales
    • Lésions osseuses

 

 

Rupture du LCP (ligament croisé postérieur) : moins fréquente

Mécanisme

  • Traumatisme direct antéro postérieur sur le genou fléchi à 90°
  • Accident de moto, syndrome du tableau de bord => rupture isolé du LCP
  • Varus ou valgus forcé sur genou en extension

Clinique

  • Cf. rupture LCA

Radiographie

  • Systématique à la phase aigue
  • Recherche de lésion osseuse associée (alvusion osseuse de l’insertion rétro spinale, fracture du plateau tiabial) , épanchement intra articulaire

Echographie : non recommandée

  • Difficile, signes indirects : hématome dans l’échancrure ; épanchement intra articulaire
  • Recherche d’une atteinte associée : LLI, LLE,…..

IRM

  • Rupture totale : discontinuité du LCP
  • Rupture partielle : hypersignal focalisé, destructuration partielle et respect des deux contours
  • Lésions associées : ligamentaires, osseuses, chondrales, épanchement intra articulaires, hémarthrose.

 

 

Lésion du LLI (ligament latéral interne)

  • Diagnostic clinique d’entorse du genou ; en général lésion de l’insertion proximale
  • Mécanisme : torsion avec valgus sur un genou fléchi à 30°

Radiographies

  • Fracture du plateau tibial latéral
  • Bâillement fémoro tibial interne en cas de rupture complète
  • Calcification de Pellegrini Stieda : calcification séquellaire de la partie du spérieure du LLI

 

Echographie et IRM

  • Classement en 3 grades :
    1. Entorse bénigne : entorse péri ligamentaire
    2. Rupture partielle : épaississement et anomalie de signal intra et péri ligamentaire
    3. Rupture complète : rare
  • Lésion du rétinaculum patellaire interne associée à rechercher

 

Lésion du LLE

  • Presque toujours associée à des lésions du PAPE

Radiographies

  • Arrachement osseux au niveau des points d’insertions
  • Tuméfaction des tissus mous.

Echographie et IRM

  • Même sémiologie que pour le LLI

 

 

Dégénérescence mucoide

= kyste infiltrant du LCA = kyste mucoide.
  • Cliniquement : douleur chronique et gène à la flexion du genou

IRM

  • Epaissisement global et diffus de LCA infiltré par une structure de signal liquidien
  • Fibres ligamentaires dissociées mais continues et parallèles à la ligne de Blumensaat

 

 

Traitement

  • Chirurgie, pas régression spontanée.

 

Chirurgie du LCA

Techniques

  • Kenneth Jones : auto greffe du 1/3 central du tendon patellaire avec son insertion osseuse aptellaire et tibiale.
  • DIDT : auto greffe de tendon du droit interne et du semi tendineux.

Complications

  • Cyclop syndrom :
    • Nodule fibrovasculaire développé au niveau du versant antérieur du greffon et s’étendant à l’échancrure intercondylienne et au hoffa.
    • en hypersignal T2 en IRM avec rehaussement après injection.
    • Traitement chirurgical.
  • Rupture du transplant
  • Conflit avec le greffon (graft impingement) => malposition antérieure du tunnel tibial avec contact entre la face antérieure du greffon et le toit de l’échancrure interconylienne : hypersignal hétérogène de la plastie.
  • Dégénérescence kystique de la plastie à l’intérieur des tunnels
  • Descellement de vis
  • Anomalie des tunnels osseux : malposition, élargissement

 

 

Compte-rendu type

[IRM] Genou

 

Rachis – Scoliose

Définition de la scoliose

  • C’est une anomalie de la statique rachidienne :
    • Déviation irréductible du rachis dans les 3 plans de l’espace (notamment une composante rotatoire en axiale) (≠ attitude scoliotique : réductible et pas de composante rotatoire)
  • Clichés : Rachis entier de face et de profil en charge
  • Côté de la convexité de la courbure majeure et l’étage concerné
  • Mesurer la scoliose (vertèbre au sommet et vertèbres extrêmes / l’angulation / la composante rotatoire)
  • Estimer l’équilibre de la scoliose (de face et de profil)

 Méthode de Libman et Cobb

  • Déterminer la vertèbre neutre (ou extrêmes) supérieure et inférieure de la courbure majeure. Elles ont une composante rotatoire nulle mais sont les plus inclinées.
  • La vertèbre « sommet », au sommet de la convexité
  • Mesurer l’angle de Cobb (angle de courbure):
    • tracer la ligne tangente au bord supérieur de la vertèbre neutre supérieure
    • tracer la ligne tangente au bord inférieur de la vertèbre neutre inférieure
    • tracer les perpendiculaires à ces lignes pour obtenir l’angle
 Scoliose Cobb

Apprécier la rotation

  • 5 stades selon Cobb (de 0 à 4): déterminés en fonction de la projection de l’épineuse de la vertèbre sommet (vertèbre à la composante rotatoire la plus importante) par rapport à 3 secteurs de cette hémi vertèbre
 

Equilibre

  • La courbure est équilibrée : la verticale abaissée par le milieu du corps de C7 passe par la médiane sacrée.
  • La courbure est déséquilibrée : l’écart de la verticale avec la médiane sacrée définie et quantifie le déséquilibre rachidien droit ou gauche

Appréciation de la cyphose dorsale et de la lordose lombaire

Potentiel d’évolution de la scoliose : indice de Risser

  •  Risser 0 : absence d’ossification
  • Risser 1 : apposition d’ossification du tiers distal
  • Risser 2 : apposition d’ossification des deux tiers distaux
  • Risser 3 : apposition d’ossification complète
  • Risser 4 : début de fusion à l’os iliaque
  • Risser 5 : fusion complète à l’os iliaque

Rachis – Spondylolysthésis

  • Stade I : déplacement <1/3 postérieur de la vertèbre sous jacente
  • Stade II : <2/3 postérieurs de la vertèbre sous jacente
  • Stade III : encore partiellement en regard du plateau sous jacent
  • Stade IV : spondyloptose (déplacement en avant du plateau sous jacent)

Hanche – Classification de Garden

Classification de Garden

I : engrenée en valgus, travées verticalisées
garden-classification (1)
garden-classification (2)
II : non déplacé, travées d’orientation normale garden-classification (3)
III : varus peu déplacé, travées horizontalisées garden-classification (4)
IV : perte de contact entre les segments osseux garden-classification (5)

Poignet – Radiographies

Anatomie

poignet

Mesures

mesures

Mesure Normales Pathologies
IRU distal 0.8mm +/- 1.2mm •Positif>4mm : ulna long-> risque conflit ulno-carpien•Négatif<2mm : ulna court-> risque ostéonécrose lunatum (M. de Kienböck)
Inclinaison radiale 20-30° <20° : risque M. de Kienböck
Hauteur styloïdienne ulnaire 2-6mm >6mm : styloïde longue-> risque conflit styloïdo-triquétral
Interlignes scaphoïdo-lunaire et luno-triquétral <3mm Diastasis >3° : instabilité-> risque d’arthrose

mesures

Mesure Normales Pathologies
Inclinaison palmaire de la glène radiale 10° en bas en avant
Angles radio-lunaire et luno-capital -15 / +15°radius-lunatum-capitatum-M3 alignés Perte d’alignement : luxation périlunaire du carpe
Angle scapho-lunaire 30-60° •>60° : Bascule dorsale du lunatum» instabilité scapho-lunaire (risque d’arthrose)•<30° : Bascule ventrale du lunatum» instabilité luno-triquétrale(risque d’arthrose)

 

Compte rendu type

[Rx] Poignet

 

Épaule – Instabilité

  •  3 variantes anatomiques
    • Récessus sous labral (RSL)
      • Entre le labrum supérieur et le cartilage hyalin
      • Entre 11h et 1h
      • 75 % de la population
      • Critères imagerie du RSL
        • Fin < 2 mm
        • Régulier
        • Ne dépasse pas le bord supérieur de la glène
        • Orienté en haut et en dedans
      • Foramen sous labral
        • Absence d’acollement du labrum antéro supérieur
        • A 2h
        • Labrum de morphologie normale
heure
  • Complexe de Buford
    • Absence de labrum antéro supérieur
    • Hypertrophie du ligament gléno huméral « en corde »
 buf
  • 3 ligaments gléno-huméraux
    • Supérieur [Labrum sup à tubercule mineur]
    • Moyen [Labrum sup à tubercule mineur]
    • Inférieur, le plus important
  • Bilan d’imagerie
    • Radios : fracture / luxation / encoche de Malghain
    • Echo : non
    • Scanner : fractures complexes ou passées inapercues
    • Arthroscanner
      • Bonne performance
    • ArthroIRM
      • Examen de référence
 lig

 

Instabilité antérieure

  • Lésions osseuses
    • Impaction tête / glène
    • Encoche de Malghain
      • Fracture impaction
      • Rebord postéro-supérieur
      • Au dessus de la coracoïde
    • Fracture de la glène
      • Rebord antéro-inférieur
      • Score ISIS (Instability Severity Index Score)

 

ax
  • Lésions labrales
    • Rebord antéro inférieur de la glène
    • Lésion de Bankart red
      • Avulsion glénoïdale du complexe labro-capsulo ligamentaire inférieur avec déchirure du périoste associée
      • Si fracture : Bankart osseux
      • Si pas de fracture : Bankart fibreux
bankart
  • Lésion ALPSA (Anterior Labroligamentous periostal sleeve avulsion) vert
  • Fréquent
  • Avulsion du complexe labro-capsulo ligamentaire
  • Sans déchirure du périoste
  • Rétraction médiale du périoste
alpsa
  • Lésion GLAD (gleno labral articular disruption) bleu
  • Atteinte labrale ET cartilagineuse
  • Lésion stable
 glad
  • Lésions capsulo ligamentaires
  • Désinsertion ou rupture
  • HAGL (humeral avulsion of the gleno humeral ligament)

 

Instabilité postérieure

  • Lésions osseuses
    • Impaction du versant antérieur de la tête humérale sur le rebord postérieur de la glène
    • Encoche de Mac Laughlin
    • Lésion de la glène
  • Lésion labrales
    • Reverse Bankart red
      • Avulsion du labrum postérieur avec lésion du périoste
      • +/- fracture du rebord de la glène
    • Bennett
      • Ossification postérieure extra articulaire curviligne du versant postérieur de la glène à coté de l’attache de la bande postérieure du ligament gléno huméral inférieur
    • POLPSA
      • Avulsion du complexe capsulo ligamentaire postérieur sans atteinte périostée et sans rétraction
rb

 

Épaule – Lésions transfixiantes de la coiffe

  • Perforation
    • Rupture transfixiante incomplète
    • Communication articulation avec la BSAD
  • Ruptures complètes
  • Echographie :
    • Double épanchement
    • Non visualisation de la coiffe, signe de la « tête chauve »
    • Visualisation directe
    • Signe du méplat :
  • Radiographie
    • Omarthrose excentrée fréquente
  • Préciser
    • Nombre de tendons atteints
    • Mesurer la rupture dans 2 plans
    • Prréciser si épanchement
    • Posistion du tendon long biceps
    • Préciser si clivage postérieur vers l’infra épineux (opacification postérieure en arthroscanner)
    • Dégénérescence graisseuse des clefs musculaires
      • Stade 0 :
    • Centrage de la tête : instabilité antéro postérieure en rotation
Compléter par arthroscanner

  • Solution de continuité tendineuse et opacification au sein de la lésion
  • Opacification de la BSAD
  • Rétraction tendineuse (pointillé bleu) :
    • Stade 1 : ne dépasse pas le bord sup du col anatomique
    • Stade 2 : intermédiaire
    • Stade 3 : en dedans de la glène
coiffe
  • Dégénérescence graisseuse des chefs musculaires
    • Stade 0 : absence de travée graisseuse
    • Stade 1 : quelques travées graisseuses
    • Stade 2 : infiltration graisseuse inférieure au musccle
    • Stade 3 : Infiltration graisseuse égale au muscle
    • Stade 4 : infiltration graisseuse supérieure au muscle
  • IRM
    • Discontinuité tendineuse
    • Hypersignal franc liquidien en T2/DP fs
    • Signe du double épanchement
    • Préciser
      • Degré de rétraction tendineuse
      • Degré d’atrophie et d’involution lipomateuse musculaire sur du T1 sans fat sat
      • Luxation tendon long biceps

 

atrophie

 

Clinique

Epaule – Fissurations partielles

  • Soit face profonde (arthroscanner)
 prof
  •  Soit face superficielle (échographie)
sup
  •  Soit intra tendineuse (arthroscanner)
 intra
  • Jamais de communication entre la BSAD et la cavité articulaire
  • IRM
    • Continuité tendineuse respectée
    • Hyper T2 / DP fs
    • Epanchement de la BSAD

Épaule – Tendinopathies de la coiffe des rotateurs

 

Non calcifiantes

  • Homme > 50 ans
  • Supra-épineux
  • Echo : tendo hypo-échogène, épaissi
  • IRM : absence d’anomalie des contours, tendon continu, HyperT1 modéré, HyperDPfs, +/- bursite de la BSAD
 DPFS  T1

Calcifiantes

  • Fréquent
  • Souvent asymptomatique
  • Femme > 50 ans
  • Souvent bilatéral
  • Localiser tendon (SE), zone (insertion ?) et profondeur
 rx
  • Type A : homogène à contours nets ; en écho cône d’ombre efface la corticale osseuse en arrière
 typeA
  • Type B : polylobés, hétérogènes, +/- fragmentés, à contours nets ; en écho cône d’ombre efface peu la corticale osseuse en arrière
 typeB
  • Type C : hétérogènes, punctiformes ou en rails, sans contours nets ; en écho cône d’ombre n’efface pas la corticale osseuse en arrière
 typeC

 

 

 

 

Hanche – Coxarthrose

Coxarthrose Stade 0

  • Radiographie normale
stade0
Coxarthrose Stade 1

  • Pincement articulaire (antérieur sur le cliché de profil)
  • Ostéophytose péricapitale douteuse
stade1
Coxarthrose Stade 2

  • Pincement articulaire
  • Ostéophytose
  • Sclérose osseuse modérée
stade2
Coxarthrose Stade 3

  • Pincement articulaire net Ostéophytose
  • Sclérose osseuse
  • Géodes
  • Déformation de la tête fémorale et de l’acétabulum minime
stade3
Coxarthrose Stade 4

  • Disparition de lespace articulaire
  • Sclérose osseuse importante
  • Géodes
  • Déformation de la tête fémorale et de l’acétabulum
  • Ostéophytose majeure.
stade4

 

Références