Adénomyose

Adénomyose

Généralités
  • Ectopie bénigne de l’endomètre au sein du myomètre provoquant une hypertrophie musculaire réactionnelle
  • Forme diffuse vs forme localisée (adénomyome)
  • Clinique
    • 1/3 asymptomatique
    • ½ ménorragie
    • 20% métrorragies
    • 30 % dysménorrhée
ÉCHOGRAPHIE
  • Muqueuse endométriale au sein du myomètre > 2,5 mm de la basale endométriale
  • Dimension anteropostérieure > 35 mm en phase prémentruelle
  • Face postérieure (signe de Bohlman)
  • Multiples microkystes non mesurables
  • Asymétrie mur antérieur/postérieur
  • Aspect hyperéchogène du myomètre sous endométrial
  • Anomalie de la jonction endomètre / myomètre : perte de l’aspect triangulaire de la cavité en coupe coronale ou bordures floues en coupe sagittale.
IRM
  • Hypertrophie du myomètre post > ant
  • Épaississement de la zone jonctionnelle (en hypoT2) > 12 mm
  • Rapport zone jonctionnelle / myomètre > 40%Adenomyose
  • Stries en hyper T2
  • Spots en hyper T2
  • Spots en hyper T1 (hémorragie)
  • Rehaussement diffus
  • Adénomyome
    • Nodule en hypoT2, en contact avec le ZJ
    • Mal limitée
    • +/- spots
    • Pas ou peu d’effet de masse
    • Peu vascularisé
    • Forme kystique possible
  • TTT
    • Médical
    • Embolisation
    • Chirurgie

Liste des IRM à champ ouvert

[IRM] Biliaire

IRM BILIAIRE

INDICATION
Bilan

TECHNIQUE
Axial T2, axial T1 in / out phase, séquence radiale et 3D de cholangio-IRM

RESULTATS
Pas de dysmorphie hépatique, pas d’anomalie du signal du foie.
Pas de dilatation des voies biliaires.
Anatomie biliaire modale.
Pas de sténose biliaire visualisée.
Pas d’anomalie vésiculaire.

CONCLUSION
IRM biliaire normale.

 

Dilatation des voies biliaires [algorithme]

[IRM] Foie

IRM HEPATIQUE

INDICATION
Bilan

TECHNIQUE
Séquences axiales T1 en phase et hors phase, T2 Spair, T2 single shot (HASTE), axiale diffusion, T1 fatsat  avant et après injection dynamique de gadolinium (dont tardif à 5mn).

RESULTATS
Foie de taille normale, de contours réguliers, non dysmorphique.
Absence de lésion nodulaire hépatique.
Voies biliaires fines.
Pas d’anomalie de la vésicule.
Absence d’adénomégalie du hile hépatique.
Rate de taille normale.
Pas d’anomalie du pancréas et des reins sur les coupes réalisées.
Absence d’épanchement liquidien.

CONCLUSION
Absence de lésion nodulaire hépatique

 


 

 

Fiches connexes

Tumeurs hépatiques [algorithme]

[IRM] Crane +

IRM ENCÉPHALIQUE

CONTEXTE
Bilan
 
TECHNIQUE
– Séquences avant injection de produit de contraste gadoliné : axiale FLAIR, T2*, diffusion, T1
– Séquences après injection de produit de contraste gadoliné : axiale T1, 3DT1
 
RÉSULTATS
Structures médianes en place.
 
Pas d’anomalie du signal FLAIR du parenchyme cérébral sus ou sous tentoriel.
Quelques hypersignaux FLAIR de la substance blanche péri-ventriculaire, non confluents, aspécifiques.
 
Pas de stigmates hémorragiques intra ou extra axiaux en pondération T2*.
Pas d’hypersignal de diffusion du parenchyme cérébral.
Absence de prise de contraste cérébrale sus ou sous tentorielle suspecte.
Les structures veineuses sont perméables
 
CONCLUSION
Absence d’anomalie décelée
 
Iconographie mise à disposition sous forme de planche papier et conservée localement sur le PACS.
 
 

Neuroradio

Matériel IRM compatible

Cette fiche est proposée à titre indicatif.IRM
Elle s’adresse aux professionnels de santé formés.
Le site www.pinkybone.com ne peut être tenu pour responsable en cas de conséquences indésirables.

⇒Liste des dispositifs implantables compatibles (ou non) avec l’IRM

 

Contre-indications absolues

  • Pacemaker
  • Défibrillateur cardiaque implantable
  • Sondes urinaires thermiques

 

Contre-indications absolues à discuter si pronostic vital engagé

  • Possibilité de réalisation de l’examen sous conditions très strictes (constructeur prévenu, utilisation d’une bird cage, etc) :
    • Neurostimulateurs
    • Implants cochléraires
    • Pompes à insuline
    • Clips vasculaires ferromagnétiques intra cérébraux
    • Corps étranger metallque intra-oculaire, du système nerveux ou du système vasculaire

 

Contre-indications relatives

  • < 3 mois de grossesse (principe de précaution)
  • Claustrophobie
  • Implant métallique s
    • En fonction du métal et de la zone d’implant
    • Non ferromagnétique : post-op immédiat
    • Peu ferromagnétique (filtres, coils, stents) : délai de 6 semaines
  • Éclats métalliques
    • En fonction du métal et de la zone d’implant

 

En cas de doute

 

Cas des valves de dérivation ventriculaire

  • Informer le chirurgien avant l’examen pour régler la valve à la sortie de l’IRM

Tumeurs neuro – Gangliogliome – Gangliocytome

  • Tumeur neuronale de bas grade WHO I ou II
  • Tumeurs bien différenciées, rares ~ 1%
  • Évolution lente
  • Épilepsie ++
  • 80 % avant 30 ans
  • Topographie : lobe temporal ++
  • Masse kystique et charnue cortico-sous-corticale
  • Rehaussement nodulaire dans 100% des cas
  • Ca++ : 30% des cas
Gangliogliome – Gangliocytome
Gangliogliome – Gangliocytome

Démence & Imagerie du cerveau âgé

Cerveau âgé habituel

  • Dépôts de fer
    • Tous les oligodendrocytes
      • Visible au niveau lenticulaire
    • SG profonde
      • Globus pallidus
      • Noyau rouge
      • Putamen
      • Locus nigern
      • Noyau caudé
      • Noyau dentelé
    • Réduction de la masse cérébrale
      • Atrophie : prédomine sur la SG mais de façon hétérogène (prédomine sur certaines zones de cortex, etc)
      • Dilatation des espaces liquidiens : péricérébraux, ventriculaires et Virchow Robin
      • Dans la SB : augmentation de l’ADC, baisse de l’anisotropie, avec atteinte prédominante sur les fibres associatives

 

Protocole IRM démence

  • Volume T1 [reconstruction dans le plan hippocampique +/- coro T2]
  • FLAIR
  • T2*
  • Diffusion
  • Compte rendu type

 

MA : Maladie d’Alzheimer

  • Définition DSM IV de la démence : trouble de mémoire + atteinte d’un autre domaine, le tout retentissant sur l’automnomie globale du patient.
  • Gradient antéro-postérieur
  • L’atrophie temporale n’est pas spécifique de la maladie d’Alzheimer et peut se retrouver dans les démences vasculaires. L’inverse et aussi vrai !
  • Pour l’évaluation radiologique : faire échelle de Scheltens

Echelle de Scheltens
(atrophie hippocampique)

Grade Largeur de la fissure choroïdienne Largeur de la corne temporale Epaisseur de l’hippocampe
0 N N N
1 N N
2 ↑↑
3 ↑↑↑ ↑↑ ↓↓
4 ↑↑↑ ↑↑↑ ↓↓↓
Hippocampe normal de l'hippocampe
Anatomie normale
Echelle de Scheltens - Atrophie hippocampiqueEchelle de Scheltens (atrophie hippocampique)

 

Les autres types de DÉMENCE

  • AMS (= MSA) : Atrophie Multi-systématisée
    • Atrophie du pont
    • Atteinte des fibres ponto-cérébelleuses avec respect des faisceaux pyramidaux : « hot cross bun sign »
  • PSP : Paralysie Supranucléaire Progressive
    • Atrophie du mésencéphale avec :
    • Signe du bec de colibri (ou pingouin) en sagittal, bord supérieur concave
    • Élargissement du sillon inter-pédonculaire (axial)
    • Atrophie lame tectale et dilatation aqueduc du mésencéphale
  • DFT : Démence Fronto-Temporale
    • Atrophie cortico sous corticale frontale et temporale interne
    • Bilatérale
    • Symétrique
    • Associée à des anomalies de la SB de type leucoaraiose antérieure
  • APP : Aphasie Progressive Primaire
  • AS : Aphasie Sémantique
  • CJ : Creutzfeldt Jacob
  • DCB : Dégénérescence Cortico-Basale
  • DCL : Démence à Corps de Lewy
  • DLFT : Dégenerescence Lobaire Fronto-Temporale (anapath)
  • DS : Démence Sémantique
  • MCI (Mal Cognitiv Imperement) : entre le normal et le pathologique

 

Leucopathie vasculaire  

Leucopathie vasculaire si ≥ 2 
  • Périventriculaires
0 : absents
1 : cornes
2 : halo
3 : irrégulières, extensives
  • Profondes sous corticales
0 : absent
1 : points focaux
2 : confluence débutante
3 : large confluence
  • Sous corticale
0 : absente
1 : punctiforme
2 : points multiples
3 : diffus

Echelle de Fazekas modifiée

  • Fazekas 0 : aucune ou 1 hypersignal unique de la SB
  • Fazekas 1 : multiples hypersignaux, aspécifiques, normaux pour l’age
  • Fazekas 2 : multiples hypersignaux un peu confluents, en rapport avec une leucopathie vasculaire, devant faire rechercher une HTA sous jacente
  • Fazekas 3 : plages en hypersignal FLAIR confluentes , en rapport avec une leucopathie vasculaire, devant faire rechercher une HTA sous jacente

 

Pour en savoir plus

 

[IRM] Démence

Atteintes des noyaux gris centraux (NGC)

ANOMALIE DE SIGNAL BILATERALE des noyaux gris centraux

Cette fiche présente les principales  gammes diagnostiques à évoquer lors d’une atteinte des noyaux gris centraux. Les pathologies sont présentées par atteinte anatomique principale, mais elles sont souvent accompagnées d’atteintes anatomiques autres (précisées entre parenthèses). On retiendra :

  • Atteinte des noyaux lenticulaires (putamen + pallidum) : toxique / métabolique / vasculaire chronique
  • Atteinte thalamique : vasculaire aigu / (tumoral jamais symétrique)
  • Atteinte striatum (noyau caudé + putamen) : infectieux / dégénératif / toxique
  • Atteinte globale (noyaux lenticulaires + caudé + thalamus) : mitochondriopathie, leucodystrophies, etc.

 

Putamen

putamens
  • Méthanol [hyperT2] (+/- noyau caudé, substance blanche supra tentorielle)
    • Absorption d’alcool à brûler, antigel
    • Boissons alcooliques de contrebande
  • Hyperglycémie

 

  • Wilson (Cf pallidum)

 

Thalamus

Thalamus
  • Gayet-Wernicke [hyperT2] (Corps mamillaires, noyaux postéro-médiaux des thalami, SG péri-aqueducale)
  • +/- prise de contraste des corps mamillaires
    • Déficit en thiamine (vitamine B1)
    • Intoxication alcoolique chronique, malnutrition, malabsorption
    • Triade : troubles psychiques, troubles oculo-moteurs, ataxie

 

  • Toluène (substance blanche, noyaux dentelés du cervelet)

 

  • AVC bithalamique (Percheron)

 

 

 

Noyau caudé

Noyau caudé
  • Maladie de Creutzfeld Jacob [hyperT2, hyperDiff, ↓ ADC]
    • Cortex
    • Striatum
    • +/- thalamus
    • +/- cervelet
    • Signe du pulvinar : HS des noyaux pulvinariens en FLAIR et diff plus important que le signal du noyaux lenticulaire
    • En spectro : diminution du NAA, augmentation modérée du MyoInositol
    • DD

 

 

Globus pallidus

globus pallidus
  • Intoxication au CO [hyperDiff] (pallidum, SB +/- noyaux lenticulaires, caudés et thalamus)

 

  • Maladie de Wilson
    • Putamens (laminaire concentrique)
      • Hypersignal T2 ou mixte bilatéral et symétrique
    • Noyaux caudés
      • « Face de panda géant du mésencéphale » tegmentum (sauf NR) et colliculus supérieur
    • Thalamus, pédoncules cérébelleux moyens
    • Pallidum
      • Hyposignal T2
      • Hypersignal T1 tardif par dépôts de manganèse
      • Atrophie cérébrale

 

  • Intox manganèse [hyperT1]
  • Syndrome de Fahr (hypo ou hyper parathyroïdie)
  • Maladie de Fahr si idiopathique (métabolisme phospho-calcique normal)
    • Calcifications bilatérales et symétriques
    • SG : pallidum, putamen, noyau caudé, thalamus, noyaux dentelés du cervelet
    • SB sous-corticale
    • Diagnostics différentiels
      • Calcifications pallidales physiologiques du sujet âgé
      • Calcifications post-chimiothérapie (méthotrexate)

 

  • Encéphalopathie hépatique
    • HyperT1 des deux pallidum
  • Héroine inhalée (chasing the dragon)

 

CORPS CALLEUX

Corps calleux
  • Marchiafava-Bignami [hyperDiff, ↓ADC, hyperFLAIR]
    • Corps calleux
    • Globus pallidus + atteinte SB + commissure blanche ant + fornix
    • +/- atteinte corticale
    • Pdc à 60j
    • Atrophie du corps calleux séquellaire
    • Rare, éthylisme chronique
  •  Anti-épileptiques
  • Métronidazole

 

Cortex

  • Hypoglycémie [hyperT2, hyperDiff] (Lésions corticales multifocales = nécrose laminaire+ lenticulo-caudées + hippocampiques)

 

  • Cyanure (nécrose laminaire + NGC sauf thalamus)

Tronc cérébral

  • Démyélinisation osmotique

 

  • Maldie de Wilson (Cf.)

 Hypothalamus

Tube digestif – Canal anal [IRM]

Protocole IRM d’exploration du canal anal (fistule)

  • Canule sans remplissage
  • Petite FOV 20x20cm
  • Coupes selon plan canule
  • Axiale, coronale, sagittale T2
  • Axiale T2 Fat-Sat
  • 3DT1 gado Fat-Sat (ou axiale, coro/sag T1 gado FAT SAT)
coupes

 

 

ANATOMIE

  • Sphincter interne : lisse prolongement musculeuse rectale isoT2 réhaussé
  • Sphincter externe : strié faisceau pubo-rectal du releveur hypoT2 non réhaussé

 

 

 

CRITÈRES SÉMIOLOGIQUES DE LA fistule anale

  • Fistule : trajet anormal connectant deux surfaces épithéliales
  • Un orifice primaire profond s’abouchant dans la lumière du canal anal
  • Un orifice superficiel le plus souvent cutané, plus fréquentes en arrière (abondance des glandes anales)
  • À décrire :
    • Caractère simple/complexe, caractère actif/non actif de la fistule (Pdc, collections)
    • Type selon classification de Parks définie par le trajet de la fistule « primaire »
    • Localisation des orifices et des trajet fistuleux selon le cadran horaire
    • Description des trajets secondaires en cas de fistule complèxe / atteinte organe adjacent
    • Recherche de collection (CI anti TNF alpha dans MC)

 

Fistule inter-sphinctérienne (45%)  fis
Fistule trans-sphinctérienne (30%) fts
Fistule supra-sphinctérienne (20%) fss
Fistule extra-sphinctérienne (5%)

  • Directement sur le rectumRespect des sphincters
fes
Fistule complexe

  • Si trajet secondaire (souvent borgnes)
  • Inter sphinctérienne (A)
  • Ischio anale (B)
  • Supra lévatorienne (C)
  • Trajet en « fer à cheval », « en V » ou « en Y »
  • Communication avec organe de voisinage (scrotum, vagin)
fc

Tumeurs pelvis – Cancer du corps utérin

Bilan d’extension du cancer du corps utérin

  • Métrorragie post ménopausique
  • Faire écho endovaginale en première intension
Technique
  • IRM
    • Bilan d’extension locorégionale
    • Séquences :
      • 3 plans T2
      • +/- ax T2 dans l’axe
      • Ax T1 +/- FS +/- gado
      • Diffusion
      • Etude dynamique après injection de gado
      • Sag T1 tardive
    • Signal
      • La tumeur se rehausse moins intensément que le myomètre adjacent
    • Stadification IRM
      • IA : in situ, conservation de la zone jonctionelle (hyposignal) périphérique
      • IB : extension en profondeur dans le myomètre, irrégularité de linterface endomètre-myomètre, interruption de la prise de contraste
Traitement
  • Chir
  • Radio / chimio

 

FIGO 2009

  • Stade I : tumeur limitée au corps utérin
    • a) < 50% du myomètre
    • b) > 50% du myomètre
  • Stade II : extension au col
  • Stade III : extension locorégionale
    • A : vessie / annexes
  • Stade IV : métastatique

IRM Mammaire

Technique

  • Ax T1
  • Ax T2 FS / T2 STIR
  • Séquence dynamque 3DT1 EG FS pdt 8 min, 20 cc

 

Sémiologie

  • Foyer, focus (< 5mm)
  • Masse
    • Forme (ronde, ovale, lobulée, irrégulière)
    • Contours (lisse, irrégulier, spiculé)
    • Rehaussement interne (homogène, hétérogène, annulaire, cloisons internes en hypoS, cloisons rehaussées)
    • Taille
    • Localisation, distance au mamelon
  • Rehaussement sans syndrome de masse
    • Distribution (focale, linéaire, canalaire, segmentaire, régional, diffus)
    • Rehaussement interne (homogène, hétérogène, ponctué, micronodulaire, réticulaire)
    • Symétrique, asymétrique
  • Résultats associés
    • Rétraction cutanée/mamelonnaire
    • Hypersignaux canalaires T1 avant gado
    • Épaississement /envahissement cutané
    • Œdème
    • Adénopathie
    • Envahissement pectoral, paroi thoracique
    • Sang (hypersignal spontané)
    • Kyste
    • Artefact

 

ARBRE DIAGNOSTIQUE : LE REHAUSSEMENT SANS MASSE

Rehaussement sans masse

Liens